Place Maréchal Foch  

Plan de situation
Date de dénomination : 15.02.1952.

Ferdinand, fils de Bertrand Jules Napoléon Foch, alors Secrétaire Général de la Préfecture des Hautes-Pyrénées et de Marie Sophie Jacqueline Dupré, né à Tarbes le 2 octobre 1851, mort à Paris le 20 mars 1929, inhumé en l'église Saint-Louis des Invalides.
Son père fut nommé percepteur à Saint-Étienne en 1866 et Ferdinand termina ses études secondaires de 1866 à 1869 au Collège Jésuite Saint-Michel en compagnie de Paul Graeff, fils d'Auguste Graeff. Il s'engage dans l'armée en 1870 puis entre à Polytechnique en 1871. Grand-Croix de la Légion d'honneur en 1915, Croix de guerre, Maréchal de France le 6 août 1918, Maréchal d'Angleterre, Maréchal de Pologne. Il fut élu le jour même de l'armistice à l'Académie des sciences et, dix jours plus tard à l'Académie française. En savoir plus...
Le 5 novembre 1883, à Saint-Brieuc (Côtes d'Armor), il épouse Julie Ursule Louise Bienvenüe (Saint-Brieuc 05.02.1860 - Paris 18.10.1950). Ils eurent quatre enfants, Marie (1885-1972), Anne (1887-1981), Eugène né et mort en 1888 et Germain Jules Louis, né à Montpellier le 23 décembre 1889, mort pour la France le 22 août 1914 à Ville-Houdlémont (Meurthe-et-Moselle). Coïncidence tragique, le même jour, Paul Bécourt, époux de la soeur aînée Marie, est tué à Joppécourt (Meurthe-et-Moselle).

Presqu'en même temps que Ferdinand Foch, de 1867 à 1870, Émile Fayolle (Le Puy 14.05.1852 - Paris 27.08.1928), polytechnicien, Grand-Croix de la Légion d'honneur en 1918, Maréchal de France fit, lui aussi, ses études au collège Saint-Michel.
Tous les deux se sont retrouvés au collège Saint-Michel le 9 novembre 1919 pour une réception à l'initiative des anciens élèves. Une épée d'honneur, oeuvre de l'orfèvre Falize, lui a été remise.

Le Général Foch en 1915, il sera Maréchal en 1918

Le Maréchal Foch, le 11 novembre 1918 après la signature de l'armistice
©Ministère de la Défense

Le Maréchal Foch

Le Maréchal Foch lors d'une visite au collège Saint-Michel
Archives du collège Saint-Michel Saint-Étienne

Ferdinand Foch accompagné de Marie Marvingt. Collection Pierre Boyer

Immeuble où habitait Ferdinand Foch alors qu'il faisait ses études au collège Saint-Michel se trouvant rue Victor Duchamp

Plaque sur l'immeuble à l'angle de la rue Jules Ledin (ex rue de Montaud) et la rue Camélinat (ex rue Jacquard)

Le maréchal Fayolle et le maréchal Foch en visite au musée de la Légion d'honneur en 1923, BNF agence Meurisse

------------------------------------

Dessins réalisés par l'interne, Docteur Jean Falaize, en février et mars 1929 dans les derniers jours de la vie de Ferdinand Foch
Bulletin des anciens élèves du collège Saint-Michel Saint-Étienne

Voir les dessins originaux

Le collège Saint-Michel, rue Saint-Michel, aujourd'hui rue Victor Duchamp, tel que Ferdinand Foch l'a connu
Le collège a ouvert en novembre 1850, rue de Roanne puis en octobre 1951 rue Saint-Michel
Il sera transféré en 1911 à sa place actuelle avec une entrée rue Émile
Ces bâtiments ont été détruits dans les années 1950

Le collège Saint-Michel sur un plan de 1853

Statue équestre du Maréchal Foch à Tarbes, œuvre datée de 1935 du sculpteur tarbais Firmin-Marcelin Michelet (1875-1951)

La maison natale de Ferdinand Foch à Tarbes, datée du XVIIIe siècle, monument historique, devenue musée en 1951 pour le centenaire de sa naissance
Voir le site photo de l'auteur

La plaque posée en 1921 par la Légion américaine sur la maison natale
Voir le site photo de l'auteur

Statue équestre au Trocadéro à Paris où le Maréchal Foch est représenté sans képi

Villa Saint Michel à Saint-Priest-en-Jarez où a séjourné le Maréchal Foch le 9 novembre 1919 accueilli par la famille Germain de Montauzan
Retour page d'accueil