Place Fourneyron  

Plan de situation
Date de dénomination : 16.10.1867, ancienne place aux Boeufs et avant place de la Monta.

Benoît fils de Jean-François Fourneyron, géomètre et de Catherine Seyve, né à Saint-Étienne le 1er novembre 1802 (10 brumaire an XI, consulter le registre), mort à Paris le 8 juillet 1867 et inhumé au cimetière Montmartre.
Il n'a pas 15 ans lorsqu'il entre à l'École des mineurs (future École des mines) de Saint-Étienne, où il se lie d'amitié avec Boussingault, il en sortira ingénieur en 1819. Inventeur de la turbine hydraulique à pression universelle qui porte son nom et de la conduite forcée. Chevalier de la Légion d'honneur en 1839. Député de la Loire du 23 avril 1848 au 26 mai 1849. En 1850, il crée une usine pour construire des moteurs hydrauliques et des machines à vapeur au Chambon-Feugerolles, devenue depuis "Les ateliers Crozet-Fourneyron". Un mois avant sa mort, alors qu'il était déjà alité, il a épousé sa concubine, Marie Louise Lanoy. Il a légué 1000 F aux hospices, 1000 F à l'assistance publique et 20 000 F à la ville de Saint-Étienne pour la fondation de bourses pour les élèves externes du lycée. Le 20 août 1867, le legs est accepté et, à la demande de Frédéric Dorian, le principe d'attibuer à une place de la ville le nom de Fourneyron est adopté.
Sa soeur, Clémence Eulalie Fourneyron (1808-1882), épouse de François Crozet, a donné naissance à Jean Claude Crozet-Boussingault et à Benoit Emmanuel dit Émile Crozet-Fourneyron. En savoir plus... Et plus...
Portrait de Benoît Fourneyron (BM Saint-Étienne).

Buste de Benoît Fourneyron daté de 1910, œuvre de L. Camus d'après un buste anonyme. Avec l'aimable autorisation du musée de la mine de Saint-Étienne.

Tombe de Benoît Fourneyron (26e division du cimetière Montmartre à Paris). Photo publiée avec l'aimable autorisation du site Cimetières de France et d'ailleurs.

Détail du médaillon de la tombe, oeuvre d'Étienne Montagny.. Photo publiée avec l'aimable autorisation du site Cimetières de France et d'ailleurs.

Son nom sur la façade de l'École des Mines.

Biographie issue des archives de l'Assemblée Nationale.

Médaille réalisée par Joanny Durand.

Place Fourneyron en 1904, en arrière-plan à droite on aperçoit le clocher de l'église Saint-François, AMSE.

Place Fourneyron, monument aux morts de 14-18 et 39-45 œuvre d'Alfred Rochette inauguré en 1933.

Place Fourneyron, monument inauguré le 20 janvier 2001, aux 230 ligériens morts en Algérie, Maroc, Tunisie. 1952-1962. Oeuvre signée James Keller, né à Saint-Étienne en 1949, ancien élève de l'École des Beaux-Arts.

Plaque à la mémoire des harkis, place Fourneyron.

Cette partie de la place en 1920.

Statue de biche aujourd'hui disparue, oeuvre de Pierre Louis Rouillard (1820-1881).
Retour page d'accueil