La catastrophe du puits Pélissier ou puits Villeboeuf

 
Un an après la terrible catastrophe du puits Verpilleux, le grisou frappait de nouveau. Dans ce puits non munis de ventilateurs, le 29 juillet 1890, le courant d'air de l'aérage naturel s'est avéré insuffisant et, à 18h 15, l'explosion a eu lieu, probablement à cause de l'ouverture d'une lampe.

La presse de l'époque indique 165 mineurs descendus dans le puits. Le nombre de victimes habituellement indiqué est de 113 morts et 40 blessés. Comme pour les autres catastrophes, il est difficile d'en obtenir confirmation.

Contrairement à la catastrophe du puits Verpilleux, les victimes ont été rapidement retrouvées et l'état-civil des morts est établi dans les journées du 30 et du 31 juillet. S'y ajoute, dans les jours qui suivent, les décès des blessés.

C'est à l'occasion des funérailles des victimes que Séverine viendra à Saint-Étienne.

Consulter la liste alphabétique des mineurs décédés.

Dans cette liste, trouve 99 morts dans le puits, 16 décès à l'hôpital sans que l'on ait la certitude que tous aient été blessés dans la catastrophe ainsi que 4 à l'asile de nuit qui a fourni des lits qui manquaient à l'hôpital. Le total pourrait donc être de 119 morts.

Le puits Pélissier vu du cours de l'Hôpital, aujourd'hui cours Gustave Nadaud

Le puits Pélissier et le puits Ambroise, archives municipales de Saint-Étienne
Retour page d'accueil