Puits Pélissier

 
Le puits Pélissier faisait partie de la concession de Villeboeuf sur la commune de Saint-Étienne. Il a été foncé en 1859 jusqu'à 348 m sans atteindre la couche espérée, les recherches se sont poursuivies par des galeries.

Cliquez pour situer le puits sur une carte

La famille Pélissier est ancienne, parfois appelée Pélissier de Villeboeuf car elle possédait de grands terrains à Villeboeuf. Le 4 novembre 1824, un sieur Pélissier obtient la concession de Villeboeuf. Il s'agit très probablement d'un descendant de Jean Joseph Pélissier qui avait épousé en 1756, Madeleine Palluat. En savoir plus sur la famille Pélissier.

Sur le cadastre dit napoléonien, le puits est appelé puits de l'Heurton vers 1860. Sur un plan de 1893, il est appelé Pélissier mais dans la presse on trouve ce nom bien plus tôt, vers 1877.

Le 29 juillet 1890 à 18h 15, un terrible coup de grisou fait 113 morts dans ce puits, ce fut la cause de la venue à Saint-Étienne de Séverine.
En savoir plus sur les catastrophes minières.
Quelques mois plus tard, en novembre, un certain Pélissier entre aux mines de Villeboeuf comme ingénieur principal. Nous ne savons pas s'il avait un lien de parenté avec la famille Pélissier citée plus haut.

Cadastre relevé par Odin entre 1858 et 1863

Le puits Pélissier
Retour page d'accueil