Place et montée Sainte Barbe

 
Cliquer pour accéder au plan de situation
Plan de situation

Cliquer pour accéder au plan de situation
Plan de situation

Date de dénomination : place avant 1819. Montée le 05.03.1896, ancienne montée à l'ouest de l'École de dessin

Ce n'est pas sa naissance qui la rend chère au coeur des stéphanois, mais la Sainte patronne des mineurs a toute sa place ici.
Née d'un père païen, vers 235 à Nicomédie (en Turquie, aujourd'hui Izmit), elle se trouve enfermée par lui dans une tour afin de protéger sa beauté des regards intéressés. Devenue fervente chrétienne, elle va être jugée et subir toutes sortes de tortures pour finir la tête tranchée par son propre père un 4 décembre. Mais, à peine ce père cruel avait-il achevé cet acte odieux que la foudre le tua net. C'est ainsi qu'elle devint la Sainte patronne des métiers du feu, comme les pompiers, et de ceux qui redoutent les explosions comme les mineurs, avec le redoutable grisou, ou les carriers qui manient les explosifs. Elle est toujours représentée avec une tour à ses côtés. La Sainte Barbe, le 4 décembre, a toujours été fêtée par les mineurs et, aujourd'hui, sont programmés, chaque année, un défilé et un spectacle au Puits Couriot.
Statuette de Sainte Barbe (École des mines de Saint-Étienne)

Vitrail de l'église Saint Ennemond, à gauche Sainte Barbe, à droite Sainte Cécile
Vitrail signé Mauvernay Saint-Galmier 1857

Représentation de Sainte Barbe, datée du XVe siècle, au Prieuré de Saint-Romain-le-Puy

Statue de Sainte Barbe portée par d'anciens mineurs en tenue de travail dans les rues de Saint-Étienne

Spectacle de lumière et de feu au Puits Couriot pour la Sainte Barbe en 2009

L'église Sainte Barbe, place Garibaldi au Soleil

La montée Sainte Barbe (avant 1896, montée de l'École de dessin)
Photo du site http://traboules.st.etienne.free.fr
Retour page d'accueil