Rue Peyret-Lallier

 
Cliquer pour accéder au plan de situation
Plan de situation
Date de dénomination : 28.11.1924.

La famille Peyret (ou Peyre parfois) a donné plusieurs générations de fondeurs de cloches et de forgeurs de canons, voir à ce sujet....
Il est possible qu'il y ait un lien ancien avec la famille Peyret-Dubois.
La rue honore Étienne Peyret, 6ème enfant d'une fratrie de 13, fils d'Eustache Peyret, maître fondeur et de Marcelline Cunit, né à Saint-Étienne le 3 mars 1780 (consulter le registre), marié à Saint-Étienne le 25 mai 1805 (consulter le registre) avec Marie Lallier dont il accole le nom au sien, mort à La Mulatière (commune faisant encore partie de Sainte-Foy-lès-Lyon, Rhône) le 28 août 1871 (consulter le registre).
Avoué puis avocat, président fondateur de la Société d'agriculture, arts et commerce de Saint-Étienne en 1821. Conseiller municipal dès 1817, il est nommé par le Roi, maire de Saint-Étienne le 30 décembre 1831 et le restera jusqu'à sa démission en juillet 1837. Il publie en 1842 un Traité sur la législation des mines. Président du Conseil général en 1834 et en 1845, député de la Loire de 1834 à 1837, Chevalier de la Légion d'honneur. Il remplace les réverbères à huile et installe l'éclairage au gaz. Il fut l'un des fondateurs de l'assistance publique par les soeurs de Saint-Vincent-de-Paul et fonde la Caisse d'épargne.

Son fils, Jean Marie Alphonse, né à Saint-Étienne le 5 août 1808 (consulter le registre) est mort accidentellement à Bourg-Argental le 7 novembre 1849 (consulter le registre). Économiste et agronome, il a aussi publié de nombreux recueils sur l'alimentation en eau de Lyon et Saint-Étienne, sur les moyens de rendre la Loire navigable ou d'alimenter le canal de Givors, sur des statistiques industrielles du département de la Loire, sur l'aménagement du delta du Rhône etc.

Portrait d'Étienne Peyret-Lallier, BM Saint-Étienne
Retour page d'accueil