Allées Jean Guitton  

Plan de situation
Date de dénomination : 1986.

Jean Marie Pierre, fils d'Auguste Guitton et de Gabrielle Bertrand, né à Saint-Étienne le 18 août 1901 (consulter le registre), mort à Paris le 21 mars 1999.
Élève au lycée à Saint-Étienne dès la classe de huitième, il part à Paris en octobre 1917 et est logé chez les pères maristes pendant ses études au lycée Louis le Grand et à la Sorbonne. Professeur de lycée, d'université puis à la Sorbonne. Philosophe, élu à l'Académie Française au fauteuil de Léon Bérard, le 8 juin 1961. Commandeur de la Légion d'honneur, Grand-croix de l'ordre national du Mérite, Commandeur des Arts et des Lettres. Prisonnier de guerre, il a écrit Journal de captivité. Il a également dessiné et peint. Comme on lui proposait une rue à son nom de son vivant, ce disciple de Bergson a demandé qu'elle soit proche de la rue Bergson. La municipalité a fait mieux, les allées Guitton ont remplacé l'allée Bergson le 18 octobre 1986.
Il est inhumé dans une chapelle privée qu'il avait fait construire dans le hameau de Deveix à Champagnat (Creuse), aux côtés de son épouse Marie Louise Bonnet décédée à Nice le 18 janvier 1974. Sa sépulture est presqu'en face du château de Fournoux où, enfant, il passait ses vacances avec son grand-père maternel au bord de la vallée où coule la Tardes.
En savoir plus... Et plus.
Généalogie succincte de Jean Guitton
Jean Guitton inaugurant la rue Auguste Guitton en mai 1967 avec Michel Durafour maire de Saint-Étienne (fils d'Antoine Durafour)
Avec l'aimable autorisation de Jean-Paul Guitton, fils d'Henri

Jean Guitton à droite avec, à ses côtés, son père Auguste et son frère Henri (1904-1992)
Photo de 1962, avec l'aimable autorisation de Jean-Paul Guitton, fils d'Henri

Jean à gauche et Henri à droite, avec leur mère

Le château de Fournoux

Jean Guitton et son épouse Marie Louise Honorine Bonnet (1901-1974), à Milan en septembre 1956
Retour page d'accueil