Rue et impasse Desjoyaux  

Plan de situation



Plan de situation
Date de dénomination : 02.03.1900.

Rue dénommée suite à une promesse faite lors de la donation des terrains par les héritiers Desjoyaux, notamment Antoinette Cécile Desjoyeaux épouse de Claude Philippe Testenoire Lafayette. C'est, du même coup, une très ancienne famille de Saint-Étienne qui est honorée. Sur les terriers anciens le nom était Des Joyords ou Des Joyors du hameau Les Joyors aujourd'hui Les Joyaux sur la commune de l'Étrat. On en trouve trace dès 1394 avec Michel des Joyors.
On trouve Étienne, fils de Jean Desjoyeaux, tailleur de pierre et de Jeanne Marie Furet, né à Saint-Étienne le 28 décembre 1781, mort dans cette même ville le 23 août 1858. Il fit toutes les campagnes du premier Empire et devint chef de bataillon. Chevalier de la Légion d'honneur en 1810. Le 31 août 1833, il fut nommé maire de la commune d'Outre-Furan et conserva ces fonctions jusqu'en 1850. Étienne est le petit-fils de Jacques Desjoyors et Anne Gouilloud, qui sont les trisaieuls (arrière-arrière-grands-parents) du suivant.
Claude dit Claudius, fils de Claude Desjoyaux, extracteur de pierres et de sa deuxième épouse, Claire Chosson, né à Saint-Étienne le 2 janvier 1836, mort dans cette même ville le 6 mai 1883, directeur du Crédit lyonnais, maire de Saint-Étienne du 22 juin 1871 au 29 décembre 1874, Chevalier de la Légion d'honneur en 1874.
Il a épousé Célestine Ruffier à Tarare le 3 mars 1872. Elle a donné naissance à Delphine, à Tarare, le 21 mai 1873 et est décédée, à Saint-Étienne, le 2 octobre 1875 à l'âge de 29 ans.
Son frère, Mathieu Marie Desjoyaux, né à Saint-Étienne le 2 février 1841, mort dans cette même ville le 28 mai 1911, ingénieur à la Cie des Houillères de Saint-Étienne, se distingua lors de la catastrophe du puits Verpilleux, en 1889 en portant assistance aux victimes.
Portrait de Claudius Desjoyaux, Hôtel de ville de Saint-Étienne
Retour page d'accueil