Alexandre Séon

 

Le 28 novembre 1924, le conseil municipal décide de donner le nom d'Alexandre Séon à une place située entre la rue Grenette et la rue du Théâtre et connue officieusement sous le nom "place au marché de la ferraille". Cette place à disparu probablement avec la construction du parking des ursules dans les années 1970.

Alexandre, fils de Fleury Séon, voiturier puis marchand et de Jeanne Servant, né à Chazelles-sur-Lyon le 18 janvier 1855 (consulter le registre), neuvième et dernier enfant de la fratrie, mort à Paris le 5 mai 1917, célibataire. Sa ville natale l'a honoré en donnant son nom à une rue du centre ville.

Il n'a que 14 ans lors du décès de sa mère et va, deux ans plus tard, s'installer à Lyon. Condisciple d'Auguste Berthon à l'École des Beaux-Arts de Lyon, puis à Paris élève de Puvis de Chavanne, celui-ci l'a chargé de réaliser une partie des fresques du Panthéon. Il a également décoré la salle des mariages de la mairie de Courbevoie.

Alexandre Séon est considéré aujourd'hui comme l'une des principales figures du mouvement symboliste. Il est l'un des fondateurs du salon de la Rose-Croix, temple du symbolisme.

Il s'est installé en 1894 sur l'île de Bréhat et son tableau Un soir à l'île de Bréhat a atteint 28 000 euros aux enchères en 2012. Ce tableau avait été offert en 1908 à Jean Grivolat, conservateur général des musées et bibliothèques de la ville.

En savoir plus...

Autoportrait (BNF revue La Plume janvier 1893)

Un soir à l'île de Bréhat, photo Le Progrès

Le Récit, vers 1898, musée de Brest, voir l'analyse pédagogique de l'image

La Prière ou l'île de Bréhat

La Pensée

Lamentation d'Orphée vers 1896 © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
Lire la description de l'oeuvre

La place Séon sur un plan de 1930, archives municipales

La place du marché de la ferraille avant qu'elle devienne la place Séon, à droite le théâtre avant l'incendie, BM Saint-Étienne
Retour page d'accueil