Jules Bonnot

 

Les "exploits" tragiques de la bande à Bonnot n'ont pas à être rappelés ici mais son passage à Saint-Étienne est peut-être en partie responsable de sa plongée définitive dans le crime.
Jules Joseph est né à Pont-de-Roide (Doubs) le 14 octobre 1876, fils de Jules Joseph Bonnot, forgeron et de Marie Hermance Moutot. Sa mère meurt en 1887 et Jules va travailler très jeune mais il est bagarreur et indiscipliné ce qui ne va pas faciliter son embauche.

Il se marie à Vouvray (commune aujourd'hui fusionnée avec Châtillon-en-Michaille dans l'Ain) le 14 août 1901 avec une jeune couturière Sophie Louise Eugénie Burdet, il est alors ajusteur mécanicien domicilié à Vouvray.
Bonnot trouve un emploi de mécanicien à Genève, c'est là que naîtra Émilie Georgette Joséphine en 1902 qui ne vivra que quelques jours. Le couple vient à Lyon et Justin Louis Émile naît dans le 6ème arrondissement le 23 février 1904.

Bonnot trouve alors un travail de mécanicien à Saint-Étienne. Benoît Antoine Besson, secrétaire syndical et logeur de la famille Bonnot devient l'amant de sa femme. Bonnot, prêt à tout pour revoir sa femme et surtout son fils, fait peur aux amants qui fuient avec l'enfant à Genève. Il ne les reverra plus. C'est peut-être cet épisode dans notre ville qui a précipité son engagement anarchiste violent. Il revient à Lyon en 1908, il devient un spécialiste du vol d'automobile dont il se sert, avec ses complices, pour différents méfaits qui finissent par les amener au meurtre. En octobre 1911, repéré par la police, il évite de peu une arrestation et s'enfuit à Paris.
Au cours du mois d'avril 1912, on voit Bonnot un peu partout en France. De nombreux témoignages attestent l'avoir vu à Saint-Étienne et ses environs, ainsi qu'en Haute-Loire, la police suit les pistes jugées les plus crédibles mais qui ne mènent à rien. Le bandit va tuer encore lors d'une tentative d'arrestation à Ivry-sur-Seine le 25 avril.
Jules Bonnot sera finalement blessé à Choisy-le-Roi et mourra à Paris, 1 rue de la Gaité, le 28 avril 1912. L'acte le note célibataire. Il est inhumé le 30 avril au cimetière de Bagneux dans "le Champ de Navets", la fosse commune.
Un décret présidentiel du 30 mars 1925 permet au fils de changer le nom de Bonnot en Besson, l'amant ayant épousé sa mère.

Bonnot en famille vers 1906
Retour page d'accueil